ERB met son imagination au service des lecteurs.

ERB met son imagination au service des lecteurs.

Festival Arts Maniac : nouveaux textes

Voici les textes écrits à l'occasion de ce week-end. Pour ceux qui m'ont donné des mots...

 

Voilà déjà le texte d'ouverture du festival Arts Maniac

 

La magie de la création veille sur nous

 

La magie de la création veille sur nous.

Festival Arts Maniac 5ème édition.

L’être humain possède une imagination sans limites. Plus il l’exploite, plus elle grandit. C’est elle qui le fait vivre.

Il a fallu à l’homme préhistorique, visionner son avenir pour imaginer ce que le feu, engendré par la foudre, pourrait lui apporter. S’il n’avait pas eu, un tant soit peu de créativité, il ne se serait pas dit :

« Je vais conserver quelques braises et réitérer ce spectacle merveilleux, qui m’a apporté lumière et chaleur. »

Les inventeurs, qui ont fait de notre vie ce qu’elle est, avec tout son confort, ont eu une vision sur l’avenir, eux aussi. Ils ont « imaginé » ce qu’ils allaient réaliser.

Les films cultes qui nous font tant rêver, les romans incontournables, qui nous font changer de monde et quitter nos soucis, sont d’abord le fruit de l’imagination d’hommes et de femmes qui savent faire preuve d’audace et qui ne se mettent pas de barrières.

Quand vous visionnez un film, quand vous voyagez à bord d’un livre, quand vous noyez votre regard dans une toile, quand vous visitez les courbes d’une sculpture ou encore quand vous naviguez, les yeux fermé, sur les notes harmonieuses d’un instrument, alors vos neurones se libèrent, rompent leur monotonie et vous ouvrent des portes.

L’avenir vous semble moins restreint, les possibles solutions s’offrent à votre esprit et vous passez par delà l’insurmontable.

Le festival Arts Maniac est un concentré de créativité, de cette liberté qui permet à l’être humain de déverrouiller ses pensées et de mener à bien ses projets.

Lisez, écoutez, regardez et laissez la création entrer dans votre vie… comme un second souffle.

Elisabeth Reininger Brissy (ERB)

www.contes-en-ERB.com

 

 

 

La petite fille timide

 

 

La petite fille timide

 

Mots choisis : Soleil, pirouette, balançoire, aiguille, poulette, coucou, ballon, patate, violette, bulle.

Silhouette était une petite fille blonde, très timide. Tellement insignifiante que d’Adrienne, son prénom était devenu Silhouette.

La pauvre petite avait peur de tout le monde, elle ne parlait jamais, n’osait pas même répondre aux questions. Souvent, les enfants chantaient sur son passage : « regardez, c’est Silhouette, tellement transparente, qu’elle passerait inaperçue même en faisant des pirouettes ! »

Un jour, alors qu’elle jouait avec un ballon qu’elle lançait inlassablement vers le soleil, un des enfants du village y planta une aiguille. Il partit en courant, bien content de sa mauvaise blague.

Silhouette resta sans bouger, prête à pleurer, lorsqu’un clown s’approcha d’elle. Il lui sourit et créa pour elle, une bulle de savon. La petite fille retrouva le sourire et s’amusa à courir après les bulles que l’homme au nez rouge soufflait inlassablement.

  • Aimes-tu le cirque, jeune fille ? lui demanda-t-il soudain.

 

 

Silhouette sourit timidement. Bien entendu, elle ne répondit pas, mais elle se tordit les doigts à les rendre violets.

  • Viens demain matin, devant le chapiteau, je te présenterai quelqu’un.

 

 

Silhouette se rendit, le lendemain, au rendez-vous. Le clown l’attendait, avec une jeune fille.

  • Je te présente Poulette, notre équilibriste. On l’appelle ainsi parce qu’elle est fine comme une poulette.

 

 

  • Bonjour Silhouette, viens avec moi, je vais t’apprendre des tas de tours.

 

 

Poulette montra à notre héroïne, comment se tenir, dans les airs, sur une balançoire. Ce fut une révélation pour Silhouette ! Elle se sentit, pour la première fois, libre comme un papillon. Elle avait trouvé sa voie ! Elle réussit si facilement tout ce que lui proposait sa nouvelle amie, que cette dernière lui demanda de faire partie du spectacle.

 

Quand le public s’installa sous le chapiteau, tous les enfants du village étaient là.

  • J’ai cru voir entrer Silhouette, tout à l’heure, dit l’un d’eux.

 

 

  • Tu rigoles ! Cette patate a bien trop peur de la foule, elle n’entrerait jamais ici !

 

 

Le spectacle émerveilla le public. Lorsque les trapézistes arrivèrent, monsieur Loyal présenta : « Poulette l’équilibriste et sa nouvelle élève, Silhouette ! ».

Les gamins restèrent bouche bée, lorsqu’ils reconnurent la petite fille, souriante, qui leur faisait coucou depuis sa balançoire, dans les airs.

 

Silhouette garda son surnom, même si elle n’eut plus jamais peur de parler à qui que ce soit.

Grâce au clown et à Poulette, son amie, elle avait trouvé sa voie et avait foi en l’avenir.

Elisabeth Reininger Brissy (ERB)

 

www.contes-en-ERB.com

 

Maligrade et les couleurs

 

Maligrade et les couleurs

 

Mots choisis : Belle, laver, Alsacien ( H pay), courgette, papillon, pingouin, chien, tableau, plume, arc-en-ciel.

Lespira, la magicienne, entra, un jour, par hasard dans les rêves d’un vieux maraicher.

Cet homme, venu d’Alsace, qu’on avait toujours appelé « H pay » à cause de son accent, n’était que regrets.

Le vieux Maligrade, tel était son vrai nom, avait fait pousser des courgettes toute sa vie, mais, en secret, il avait chaque jour admiré le tableau coloré de ses champs entourés de fleurs. Les papillons, qui virevoltaient au vent, tels des plumes multicolores, le ravissaient et ses rêves étaient tout autres que de faire pousser des légumes. Il aurait aimé trouver une fleur rare, une fleur plus belle que toutes les autres. Il était bien décidé à partir, une fois la retraite enfin arrivée, par delà le monde et profiter de toutes les couleurs qu’il pouvait lui offrir.

Malheureusement, avec le temps, ses yeux avaient perdu la perception des reliefs puis de teintes. Bientôt, l’arc-en-ciel dont il rêvait avait été lavé. Il ne lui restait qu’une étendue blanche que seuls les pingouins pourraient apprécier.

La belle Lespira se félicita de son erreur de parcours. Elle fut émue par les pensées de ce vieil homme aveugle qui parlait à son chien. Grande magicienne de son état, nous l’avons dit plus haut, Lespira décida de bannir ces regrets de l’esprit de Maligrade. Elle lui donna une palette, des toiles et le pouvoir de peindre ce qu’il imaginait. Le vieil homme retrouva le sourire. Il voyait enfin, au travers de ses peintures, les paysages merveilleux qu’il aurait aimé visiter. Au fil du temps, grâce à son imagination et à sa créativité grandissantes, il créa sa fleur. Une fleur qu’aucun pépiniériste ne put jamais copier. Enfin, il donna du rêve aux visiteurs de sa « galerie voyage », comme il l’appela.

Pour mieux voir, il suffit parfois de fermer les yeux et de laisser faire l’imagination.

 

 

Elisabeth Reininger Brissy (ERB)

 

www.contes-en-ERB.com



11/07/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres